securite-electrique-maison

Aujourd’hui, les normes concernant les installations électriques et les équipements sont nombreuses : couplées à certaines consignes de sécurité essentielles, elles garantissent une utilisation sans danger. Sachez que la mise en sécurité de l’installation électrique d’un logement incombe au propriétaire. Le locataire, lui, est garant de l’entretien de cette installation.

Voici les principales règles régissant les installations électriques et garantissant la sécurité électrique dans la maison.

 

Le tableau électrique (ou tableau de répartition, tableau de distribution)

tableau-electriqueLe tableau électrique centralise tous les circuits électriques de votre logement, dont au moins 4 circuits spécialisés, dédiés chacun à un gros appareil tel que plaque de cuisson ou lave-linge.

Ce tableau gère des systèmes de protection automatiques qui coupent le courant en cas d’anomalie (surcharge du circuit, défaut d’isolation d’un appareil…) pour éviter les accidents (incendies ou électrocutions).

C’est également le point d’interface avec le fournisseur d’énergie, via le compteur qui enregistre la consommation électrique du foyer.

Dans les constructions neuves, ce tableau électrique est inclus dans la gaine technique de logement : une colonne allant du sol au plafond, qui contient également tous les circuits électriques multimédias (téléphone, télévision, internet). Le tableau électrique est donc un élément majeur dans la sécurité électrique de la maison.

Le tableau de distribution comporte trois systèmes de protection électrique :

  • le disjoncteur général, qui se place en position « arrêt » et coupe automatiquement le courant dans tout le logement en cas de problème. Il permet aussi à l’utilisateur de couper lui-même le courant d’un seul geste en cas de danger ou bien pour intervenir sur le circuit.

Attention : le disjoncteur est programmé pour supporter une puissance donnée, correspondant au niveau de l’abonnement que vous avez souscrit. Si le réseau est sous-dimensionné, vous serez régulièrement confronté à des courts-circuits de protection.

  • la protection différentielle haute sensibilité, qui assure la protection des personnes en coupant le courant sur un circuit localisé dès qu’elle détecte une fuite de courant (les autres circuits continuent de fonctionner). Elle concerne tous les appareils de classe I, qui doivent être reliés à la terre.

Le conseil de Mr.Bricolage : activez une fois par mois le bouton « test » situé à côté de l’interrupteur différentiel pour vérifier que le dispositif de sécurité fonctionne ;

  • les disjoncteurs divisionnaires ou les porte-fusibles, qui permettent d’isoler un circuit victime d’une surcharge.

 

 

Sécurité électrique : des équipements conformes à la réglementation

 

2 indices principaux concernent la protection électrique des équipements et permettent de s’assurer de la conformité des équipements à la réglementation :

 

  • l’indice de protection IP détermine le degré de protection de l’enveloppe du matériel (machines, câbles, fils) face aux intrusions de corps solides et liquides : il est suivi de 2 chiffres, dont la valeur augmente avec le niveau de protection. Ainsi, l’indice IP45 garantit une protection contre la pénétration des corps solides de plus de 1 mm de diamètre et contre une immersion prolongée supérieure à un mètre ;
  • les classes de protection du matériel (de 0 à III) correspondent à 4 dispositifs de protection. Par exemple, les appareils de classe I comme les ordinateurs doivent être obligatoirement reliés à la terre, alors que les appareils de classe II comme les perceuses possèdent leur propre système de sécurité interne et n’ont pas besoin de ce raccordement à la terre.

Le système de mise à la terre correspond à un 3e fil sur les prises électriques, qui permet d’évacuer le courant vers la terre en cas de fuite de courant.

Enfin, les prises à éclipses empêchent l’introduction d’objets dans le circuit électrique et représentent avant tout une sécurité pour les enfants qui tenteraient d’y introduire les doigts.

Notez que les pièces particulièrement humides comme la salle de bains sont soumises à des contraintes spécifiques de sécurité en fonction de zones appelées « volumes ».