Que ce soit pour poser une tringle à rideaux ou un miroir sur un mur en plâtre, fixer des crochets dans du béton ou poser des tasseaux au sol, il y a une cheville adaptée ! Pour choisir la bonne cheville, il faut prendre en compte l’épaisseur et la nature du support de destination ainsi que le poids de l’objet. Tour d’horizon et conseils pour bien choisir vos chevilles.

Les chevilles pour les matériaux pleins

La cheville polyvalente : elle appartient à la famille des chevilles à expansion. Elle est introduite à l’aide d’un marteau dans le trou réalisé au préalable avec une perceuse.

La cheville pour béton cellulaire : elle est composée de 2 parties qui s’écartent dans le mur (béton cellulaire ou plaques de plâtre) lors du vissage. Elle est introduite à l’aide d’un marteau, sans perçage préalable.

La cheville à frapper : elle est déjà équipée d’une vis. Pour la poser, on procède comme pour une cheville classique, en frappant avec le marteau. Pour retirer la vis, il suffit de dévisser à l’aide d’un tournevis.

Les chevilles pour matériaux creux

La cheville hélicoïdale : la cheville se visse dans le mur à l’aide d’un tournevis et ou d’un tournevis électrique. La vis de fixation est ensuite vissée dans la cheville.

La cheville à bascule : la cheville est vissée dans la plaque de plâtre puis la vis est introduite à l’intérieure de la cheville. Une cale en plastique bascule lors du vissage pour assurer la fixation derrière la cloison.

La cheville à clouer : la cheville est introduite dans la cloison à l’aide d’un marteau. Lors du vissage de la vis les 2 parties de la cheville s’écartent pour assurer la fixation derrière la cloison.

La cheville à expansion : elle est équipée d’une vis et s’introduit à l’intérieur d’un trou réalisé au préalable avec une perceuse. A l’aide de la pince à expansion, écartez ensuite la vis de la cheville. La vis peut être remplacée par un crochet.