differents-types-parquet

Le parquet est évidemment associé au bois, mais la réalité n’est pas aussi limpide. Techniquement, l’appellation de « parquet » est réservée aux revêtements qui offrent une couche supérieure en bois véritable d’au moins 2,5 mm.

Il existe différents types de parquet : on en distingue 2, voire 3 catégories, parmi lesquelles vous choisirez selon des critères multiples : esthétique, acoustique, difficultés de pose et de dépose, tenue, entretien, destination de la pièce, budget…

 

Le parquet massif

 

parquet-massifC’est le choix noble par excellence, le plus beau et le plus cher, celui que vous retrouvez ou qui est associé à vos souvenirs de vieilles maisons de familles. Le parquet massif est, comme son nom l’indique, constitué exclusivement de bois, et d’une seule essence : généralement des lames d’une épaisseur de 20 à 23 mm. Cette épaisseur lui confère une longévité exceptionnelle : les multiples ponçages qu’il subira au fil des ans n’auront pas raison de sa résistance.

Ce type de parquet se pose généralement sur lambourdes, au moyen de clous plantés de biais pour être invisibles, une technique qui demande une certaine maîtrise et qu’on réserve aujourd’hui à la rénovation dans l’ancien. Certains modèles de lattes plus minces seront collés.

 

Le parquet contrecollé

 

parquet-contrecolleLe parquet contrecollé constitue un choix intermédiaire du point de vue de la qualité, de l’esthétique, du prix, mais aussi du confort de marche. C’est souvent le meilleur choix pour qui recherche la simplicité.

Il s’agit bien de parquet, mais l’essence de bois massif se situe exclusivement sur la couche supérieure, dite « couche d’usure » ou « parement », entre 2,5 et 6 mm. C’est cette épaisseur qui déterminera la qualité du parquet : plus il sera épais, plus il autorisera de ponçages.

Mais ne soyez pas trop exigeants : sachez qu’une couche d’usure de 2,5 mm peut facilement tenir 30 ans !

Sous la couche d’usure se trouve « l’âme » du parquet, constituée de matériaux dérivés du bois tels que le contreplaqué ou les panneaux de particules. C’est la partie la plus épaisse du parquet contrecollé, celle qui assure sa rigidité. Enfin, le « contreparement » garantit la stabilité des lattes sur le sol.

Le parquet contrecollé sera, selon son épaisseur, collé ou assemblé en mode « flottant ».

 

Le revêtement de sol stratifié

 

revetement-sol-stratifieOn parle parfois de « parquet stratifié », mais il ne mérite que le titre de « revêtement », car il se contente d’imiter le bois, quoique fort élégamment parfois ! Le revêtement de sol stratifié est la solution rêvée pour les petits budgets, facile d’entretien et qui ne remise pas pour autant le souci esthétique, car certains modèles sont du plus bel effet !

Ce type de lames est constitué de 4 couches. La « couche d’usure », la couche supérieure, est imprégnée de résine. Une feuille de décor permet de rendre l’effet de l’essence de bois choisie. L’« âme » est faite de fibres composites, et posée sur un « contreparement », éventuellement doublé d’une sous-couche isolante pour le confort acoustique.

Pour le sol stratifié, la pose flottante est recommandée.