Plusieurs tableaux
À moins de vouloir rivaliser avec une galerie d’avant-garde ou d’habiter une maison joliment de guingois, mieux vaut accrocher d’équerre l’œuvre d’art ou la photo vintage que vous destinez à votre salon ou à votre chambre. Pour accrocher un tableau, il ne suffit pas d’enfoncer un clou et de suspendre délicatement l’objet ! Il vaut mieux connaître les quelques gestes élémentaires qui faciliteront l’opération.

Accrocher un tableau : quelques conseils préliminaires

Pour accrocher un tableau, tenez compte de l’orientation de la lumière, naturelle et artificielle : votre Picasso dissimulé dans un coin d’ombre aura moins d’éclat, et conséquemment moins de valeur, ce qui serait fâcheux, que si vous le placez en pleine lumière, à moins de prévoir un éclairage particulier pour l’œuvre (un spot par exemple). Attention aux reflets si vous l’avez habillé d’un verre protecteur.

À quelle hauteur allez-vous accrocher votre tableau ? Tout dépendra de la perspective. Dans un couloir, à hauteur d’œil ; dans un salon de dimension normale, à mi-hauteur de mur.

Et maintenant, à la manœuvre  !

En premier lieu, sachez repérer de quel matériau est fait le mur ou la cloison : plâtre, placo, béton, bois, etc. Vous n’accrocherez pas votre tableau de la même manière selon le matériau.

Il vous faut maintenant soupeser l’œuvre encadrée et tenir compte de ses dimensions. Choisissez les fixations en fonction de ces critères. Certaines ne résisteront pas à une charge de 5 kg (vérifiez avec un pèse-personne ou une balance de cuisine), et d’autres seront inadaptées à un cadre de 1m de largeur. Si le cadre est grand et lourd, prévoyez deux points d’ancrage.

Selon le matériau, vous opterez pour la pointe en acier (béton), le crochet à pointes (murs en plâtre ou en bois), etc.

Si le cadre s’accroche par un anneau, mesurez la distance comprise entre son bord supérieur et l’attache relevée ; si le tableau est modestement suspendu par une ficelle, le pic de tension de la ficelle doit arriver 3 ou 4 cm sous le bord supérieur. Marquez bien le point de fixation sur le mur.

Si la fixation doit être clouée, le clouage s’effectue en biais, de haut en bas ; si le crochet comporte 2 ou 3 pointes, plantez-les conjointement en maintenant la fixation bien dans l’axe.

Si la fixation est destinée à être chevillée, percez le mur au diamètre de la cheville, dépoussiérez le trou, enfoncez la cheville au marteau, puis insérez une vis ou un pilon de diamètre correspondant.

Le conseil Mr.Bricolage : lorsque vous déciderez de déplacer votre œuvre d’art, si elle a été fixée sur un mur peint en blanc, vous avez toutes les chances de devoir en contempler longtemps la trace ! Sachez que les peintures à l’eau présentent l’avantage de ne pas jaunir avec le temps, ce qui est toujours le risque autour d’un cadre.

Il ne vous reste plus maintenant qu’à accrocher le cadre, en relevant son anneau de suspension. Et à laisser l’œuvre prendre possession des lieux…